Bien comprendre les bases de la comptabilité

La comptabilité est en quelque sorte une matière qui permet d’avoir une image fidèle et sincère d’une société. Elle peut servir à optimiser la gestion de l’entreprise de façon plus globale avec la budgétisation, ou de manière quotidienne grâce à la gestion de la trésorerie… Certains entrepreneurs ont besoin de comprendre la base comptabilité pour parvenir à gérer efficacement leur société.

Qu’est-ce qu’une comptabilité ?

La comptabilité est une sorte d’art de répertorier des données financières. Celle-ci est une pratique qui permet d’organiser les recettes, les dépenses et les mouvements de flux. La compatibilité constitue également une discipline pratique donnant la possibilité de donner en temps réel et de façon continue les éventuels changements et l’état des finances d’une entité. En effet, elle peut tenir lieu d’outil pour gérer de manière optimale les données financières d’une société. Outre cela, celle-ci constitue les enregistrements de tous les flux comme trésorerie, vente, achat… La comptabilité se compose de l’ensemble de règles et de conventions consistant à recevoir et compiler des données relatives aux opérations financières et aux événements. Cela permet de présenter les activités économiques et la situation financière d’une entreprise dans une unité monétaire. Aussi, ce système d’information donne la possibilité de comparer, d’étudier et d’analyser ces données comptables.

A quoi sert la comptabilité ?

La comptabilité permet d’obtenir l’état de la situation financière d’une entité. Elle peut servir de source de données sur un certain nombre de niveaux. Son aboutissement est focalisé sur l’établissement des comptes annuels. Ils constituent un dossier ayant pour objet de présenter la synthèse des opérations financières de la société tout au long de l’année. Ces documents comportent un compte des résultats, un bilan et une annexe. Cependant, l’expert comptable doit intervenir pour faire des situations comptables intermédiaires en attendant la clôture de ceux-ci. Ensuite, la comptabilité peut également permettre de connaître de manière préalable les taxes et des impôts de l’entreprise, dont la taxe sur la valeur ajoutée, l’impôt sur les entreprises et la contribution sur la valeur ajoutée des sociétés. Elle est aussi un outil pour rendre facile l’établissement des statistiques nationales. En plus de cela, la comptabilité peut s’étendre à d’autres domaines qui touchent la vie de l’entreprise. Elle fait office d’outil de gestion permettant d’analyser et d’étudier trois éléments d’une société. La comptabilité de gestion donne la possibilité d’analyser le côté gestionnaire pour évaluer les coûts de revient de l’entreprise. Elle permet aussi d’examiner le côté prévisionnel afin d’établir les comptes de résultat prévisionnels de l’entreprise, les plans de financement et les plans d’investissement. Puis, elle est un outil permettant d’évaluer le côté financier afin de faire les tableaux de financement et d’évaluer les soldes intermédiaires de gestion.

Quelques notions de comptabilité

Il est important de comprendre les notions de comptabilité générale. Concernant le bilan, celui-ci est en quelque sorte une photographie du patrimoine de la société pendant une période donnée. Ce patrimoine compose l’ensemble des biens appartenant à l’entreprise. Mais, il se constitue aussi d’obligations et de dettes. En général, le bilan se divise en deux parties. Il y a le passif et l’actif. L’actif se compose de tout ce que possède la société et qui participe à son activité. Les stocks de produit ou de matières premières, les créances clients, l’argent en banque, les biens immobiliers et mobiliers se trouvent dans la partie « actif ». Ils sont classés dans le bilan selon la rapidité avec laquelle la société peut les transformer en argent. En ce qui concerne le passif, celui-ci est l’inverse de l’actif. Il comprend les obligations et les dettes de l’entreprise. La partie « passif » comporte les capitaux propres, les impôts, les salaires des collaborateurs, les dettes envers les fournisseurs et les emprunts à la banque. Pour ce qui est du compte de résultat, il permet de comprendre l’appauvrissement ou l’enrichissement de l’entité du fait de son activité à un instant donné. Cet enrichissement est mesuré à travers la notion de bénéfice ou de profit.

Différents types de comptabilité

Il existe plusieurs types de comptabilité. La comptabilité analytique  et la comptabilité budgétaire  sont des outils très utiles pour mettre en place une meilleure organisation au sein d’une organisation. Concernant la comptabilité budgétaire, elle est un dispositif de contrôle et de vérification servant à faire face aux diverses exigences des techniques de budgétisation. Celle-ci ne se soumet pas à des obligations comptables et elle ne respecte pas le résumé des données contenues dans le compte de résultat et bilan comptable de la société. Elle constitue un budget reprenant les dépenses et les recettes prévisionnelles évaluées d’une activité comptable. Ce budget se rapporte particulièrement à l’année en cours ou à un certain nombre d’années. Quant à la comptabilité analytique, elle donne la possibilité d’identifier et de déterminer les facteurs pouvant influer sur le résultat de la société. Ce dispositif ne doit pas respecter des obligations comptables. Cependant, il peut faire fonction de dispositif de pilotage par les grands groupes. Pour la comptabilité de trésorerie, elle sert à enregistrer uniquement tous les flux financiers comme trésorerie, vente, achat… Ces flux comprennent les décaissements et les encaissements. Cet outil ne sert pas à enregistrer les opérations lors de la naissance de la dette ou de la création. Pour la comptabilité d’engagement, elle permet de réaliser des enregistrements des opérations au moment où une facture est reçue ou établie. Pourtant, elle n’enregistre que les flux financiers. Mais, ce dispositif peut aussi enregistrer les créances et les dettes d’une entité quand elles sont formées. Pour la comptabilité bancaire, elle permet d’organiser, de piloter et de transmettre les données fiscales et financières d’un établissement bancaire. Concernant la comptabilité financière, retrace l’activité d’une entité sur une période donnée. Elle indique la santé financière, la performance et la position financières de l’entreprise avec le dossier financier. Elle tient lieu de dispositif servant à transmettre les informations sur les exercices financiers d’une société. Les données financières s’enregistrent quotidiennement dans un grand livre comptable et un journal comptable suivant les normes comptables strictes.

Le rôle de certains outils de la comptabilité

Les états financiers font partie des outils d’évaluation de la comptabilité. Ils comprennent l’état annexé, les tableaux des ressources et des emplois, le compte de résultat et le bilan. Pour le bilan, il indique la synthèse des situations financières d’une entreprise à une date donnée. Il peut permettre de faire une évaluation d’entreprise. Il donne la possibilité de connaître le niveau de sa solvabilité et de sa valeur et après retraitement. Ce bilan est en quelque sorte une photographie du patrimoine d’une entité pendant une période donnée. Ce patrimoine comporte l’ensemble de ses biens. En plus, il se constitue aussi d’obligations et de dettes. Généralement, le bilan se divise en deux parties : le passif et l’actif. Pour le compte de résultats, il constitue un document de synthèse qui compose les états financiers servant à indiquer la performance de l’entreprise. Il tient lieu de document comptable qui synthétise des produits et des charges d’une entité pour une date donnée. Cet outil donne la possibilité d’appréhender l’appauvrissement ou l’enrichissement d’une société du fait de son exercice à un instant donné. Cet appauvrissement peut se mesurer à travers la notion de bénéfice ou de profit. Ce document de synthèse fournit le résultat net de l’activité concernée. Le tableau des ressources et des emplois fait aussi partie des outils de la comptabilité. Celui-ci peut faire fonction d’outil d’analyse stratégique permettant d’assurer la visualisation des flux de trésorerie au cours de l’activité. Il sert à retracer les flux financiers de l’entreprise pendant l’exercice comptable étant donné qu’il compose les états financiers annuels obligatoires.