toute l'actualité de l'assurance, de la finance, et de l'entreprise

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Quels sont les facteurs qui déterminent le coût de l’assurance habitation vacante ?

Sommaire

Il peut être opportun de souscrire une assurance habitation appropriée pour une maison vacante, en particulier si le propriétaire éprouve des problèmes à rechercher un acheteur pour son logement vacant ou si les nouveaux habitants risquent de se faire attendre.

Pendant l'attente de la vente, le logement qui demeure inoccupé est toujours soumis au risque associé aux cambriolages, aux vols ou aux incendies. En outre, non seulement le logement risque de rester inoccupé durant une très longue période, notamment si le propriétaire se déplace rarement, mais en cas de catastrophe, personne ne pourra intervenir en cas d'urgence.

Combien coûte l'assurance habitation vacante ?

L'assurance propriétaire non occupant (PNO) ou encore habitation vacante permet aux propriétaires de contracter une assurance quand ils n'occupent pas leur propriété (logement en location ou vacant). Cette assurance PNO permet notamment de renforcer la couverture du locataire dans le cadre de catastrophes ou de sécuriser le logement quand celui-ci est vacant. Il faut noter que le prix d'une assurance de type PNO est en fonction de nombreux paramètres :

  • le lieu d'implantation du bien ;

  • la superficie du bien et ses particularités. cout assurance habitation vacante

En moyenne, il faut prévoir un montant compris entre 60 et 150 euros pour une assurance habitation vacante par an. La responsabilité du paiement de l'assurance PNO est assumée par le propriétaire qui n'occupe pas son bien. En effet, cette assurance est prévue pour les propriétaires qui ne sont pas eux-mêmes occupants de leur logement. Ce dernier est habituellement loué ou peut rester vide, en raison par exemple du passage de deux locataires. La police PNO agit en cas de dommage, soit lorsque l'assurance du locataire est insuffisante, soit quand le bien est vacant et non couvert par celle du locataire.

A lire aussi :  Que couvre l'assurance habitation ?

Les variations du coût de l’assurance habitation vacante

Certains assureurs prélèvent un pourcentage du montant des loyers, le plus souvent compris entre 1 et 2 % des revenus annuels des loyers dans le cadre des formules de base, et allant jusqu'à 4 % pour des formules plus larges. Il est préférable de solliciter auprès de différentes compagnies un devis d'assurance habitation vacante. Les écarts de prix se justifient par la superficie de la maison ou du logement concerné, la nature du bien immobilier loué (vide ou meublé), les formules de garanties facultatives offertes, le niveau des déductions et les seuils de garantie exigés.

Comme toute assurance, il est recommandé de bien lire les modalités de réalisation car certaines sociétés envisagent la résiliation après un certain nombre de mois d'inoccupation du logement. Sachez enfin que si le propriétaire déclare son revenu foncier, le coût des cotisations d'assurance constitue une déduction pour le fisc. La souscription de cette assurance est indispensable dès la date de signature de l'achat du logement, en particulier si la conclusion du bail et la fixation du montant du loyer surviennent plus tard après une phase de travaux de réhabilitation du logement.

A lire aussi :  Dans quels cas je peux résilier mon contrat d'assurance habitation ?

Les facteurs qui déterminent le coût d’une assurance habitation vacante

Concernant la manière dont il est inscrit sur un devis ou contrat d'assurance habitation vacante, ce tarif est de type annuel. En effet, on ne parle pas de tarification par mois pour une assurance habitation non occupée. Le plus souvent, ce prix, qui figure sous le terme de prime d'assurance, est établi à partir des renseignements que vous donnez à votre assureur, notamment :

  • le genre de habitation (généralement, une maison se paie davantage qu'un appartement) ;

  • la superficie de ce logement ;

  • le caractère de la maison, à savoir la possibilité d'avoir des extensions telles qu'un garage ;

  • sa localisation géographique ;

  • ce que contient la maison et leur valeur ;

  • les dommages passés et l'âge et la condition actuelle du logement ;

  • le niveau de garantie demandé, autrement dit les éventuels compléments de garantie que souhaite inclure l'assuré dans son contrat.

Les problématiques relatives à la nature ou au lieu de votre habitation ne relèvent donc pas totalement de vous : un contrat d'assurance habitation vacante comportera un prix moyen plus important à Paris, à titre d'exemple, plutôt que dans une région jugée moins exposée aux risques.